* *

Texte à méditer :   Un peuple civilisé ne mange pas les cadavres. Il mange les hommes vivants.   Curzio Malaparte
* *
Figures philosophiques

Espace élèves

Fermer Cours

Fermer Méthodologie

Fermer Classes préparatoires

Espace enseignants

Fermer Sujets de dissertation et textes

Fermer Elaboration des cours

Fermer Exercices philosophiques

Fermer Auteurs et oeuvres

Fermer Méthodologie

Fermer Ressources en ligne

Fermer Agrégation interne

Hors des sentiers battus
Mathématiques et démonstration/déduction
 "Pour que la géométrie devienne vraiment une science déductive, il faut que la manière dont on tire les conséquences soit partout indépendante du sens des concepts géométriques, comme elle doit l'être des figures ; seuls sont à prendre en considération les rapports posés par les propositions (qui font office de définitions) entre les concepts géométriques. Pendant la déduction il peut être convenable et utile de penser à la signification des concepts géométriques utilisés, mais cela n'est aucunement nécessaire ;si bien que c'est précisément lorsque cela devient nécessaire que se manifestent une lacune dans la déduction et (lorsqu'on ne peut supprimer cette lacune en modifiant le raisonnement) l'insuffisance des propositions invoquées comme moyen de preuve."
 
 
Moritz Pasch, Vorlesungen über neuere Geometrie, 1882, p. 98, cite in Robert Blanché, L'axiomatique, PUF Quadrige, 1999, p. 30-31.

 
 "C'est Pasch qui, en 1882, a tenté la première axiomatisation de la géométrie. Si sa solution présente bien des imperfections, dues en partie au fait que l'auteur conserve l'attitude de l'empirisme classique, il a du moins posé clairement le problème. « Pour que la géométrie devienne vraiment une science déductive, il faut que la manière dont on tire les conséquences soit partout indépendante du sens des concepts géométriques, comme elle doit l'être des figures ; seuls sont à prendre en considération les rapports posés par les propositions (qui font office de définitions) entre les concepts géométriques. Pendant la déduction il peut être convenable et utile de penser à la signification des concepts géométriques utilisés, mais cela n'est aucunement nécessaire ;si bien que c'est précisément lorsque cela devient nécessaire que se manifestent une lacune dans la déduction et (lorsqu'on ne peut supprimer cette lacune en modifiant le raisonnement) l'insuffisance des propositions invoquées comme moyen de preuve. »
 
 
 Voici donc les conditions fondamentales auxquelles, pour être vraiment rigoureux, doit satisfaire un exposé déductif :
1. Que soient énoncés explicitement les termes premiers à l'aide desquels on se propose de définir tous les autres ;
2. Que soient énoncées explicitement les proposition premières à l'aide desquelles on se propose de déterminer toutes les autres ;
3. Que les relations énoncées entre les termes premiers soient de pures relations logiques, et demeurent indépendantes du sens concret qu'on peut donner aux termes ;
4. Que seules ces relations interviennent dans les démonstrations, indépendamment du sens des terme (ce qui interdit, en particulier, de rien emprunter à la considération des figures)."
 
Robert Blanché, L'axiomatique, PUF Quadrige, 1999, p. 30-31.


[1] Moritz Pasch, Vorlesungen über neuere Geometrie, 1882, p. 98, cite in Robert Blanché, L'axiomatique, PUF, p. 30-31.


Date de création : 04/04/2012 @ 16:35
Dernière modification : 04/04/2012 @ 16:35
Catégorie :
Page lue 3591 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Recherche



Un peu de musique
Contact - Infos
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

^ Haut ^