* *

Texte à méditer :   C'est croyable, parce que c'est stupide.   Tertullien
* *
Figures philosophiques

Espace élèves

Fermer Cours

Fermer Méthodologie

Fermer Classes préparatoires

Espace enseignants

Fermer Sujets de dissertation et textes

Fermer Elaboration des cours

Fermer Exercices philosophiques

Fermer Auteurs et oeuvres

Fermer Méthodologie

Fermer Ressources en ligne

Fermer Agrégation interne

Hors des sentiers battus
Le primat du politique

  "Par rapport à l'homme, le politique est plus important que l'économique, pour ainsi dire par définition, parce que le politique concerne plus directement le sens même de l'existence. Les philosophes ont toujours pensé que la vie humaine est pour ainsi dire constituée par les relations entre les personnes. Vivre humainement, c'est vivre avec d'autres hommes. Les relations des hommes entre eux sont le phénomène fondamental de toute collectivité. Or, l'organisation de l'autorité engage plus directement la façon de vivre que tout autre aspect de la société.
  Entendons-nous bien. La politique, au sens limitatif, c'est-à-dire le secteur particulier dans lequel sont choisis et agissent les gouvernants, ne détermine pas toutes les réactions des hommes entre eux dans la collectivité. Il ne manque pas de relations entre les individus dans la famille, dans les Églises, dans le travail, qui ne sont pas terminées par l'organisation de l'autorité dans le secteur particulier que l'on appelle politique. Pourtant, même si l'on n'admet pas la conception des philosophes grecs selon laquelle la vie essentiellement humaine est la vie politique, il n'en reste pas moins que le mode d'exercice de l'autorité, le mode de désignation des chefs, contribue plus que toute autre institution à façonner le style des relations entre les individus. Et, dans la mesure où le style de ces relations est la définition même de l'existence humaine, la politique est plus proche que de ce qui doit retenir avant tout l'intérêt du philosophe ou du sociologue que n'importe quel autre secteur de la collectivité."

 

Raymond Aron, Démocratie et totalitarisme, 1965, Ière partie, chapitre I, nrf idées, 1970, p. 33.

 

Retour au menu sur la politique

 


Date de création : 19/04/2024 @ 16:51
Dernière modification : 19/04/2024 @ 16:51
Catégorie :
Page lue 100 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Recherche



Un peu de musique
Contact - Infos
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

^ Haut ^