* *

Texte à méditer :   La réalité, c'est ce qui ne disparaît pas quand vous avez cessé d'y croire.   Philip K. Dick
* *
Figures philosophiques

Espace élèves

Fermer Cours

Fermer Méthodologie

Fermer Classes préparatoires

Espace enseignants

Fermer Sujets de dissertation et textes

Fermer Elaboration des cours

Fermer Exercices philosophiques

Fermer Auteurs et oeuvres

Fermer Méthodologie

Fermer Ressources en ligne

Fermer Agrégation interne

Hors des sentiers battus
Qu'est-ce que l'échange ?

"Qu'est-ce qu’on entend par un échange ?

Un échange est le troc d’une chose qui appartient à une personne, contre une autre chose qui appartient à une autre personne.

Les ventes et les achats sont-ils des échanges ?

La vente est l’échange que l’on fait de sa marchandise contre une somme de monnaie ; l’achat est [ page ]l’échange que l’on fait de sa monnaie contre de la marchandise.

Quel but se propose-t-on quand on échange sa marchandise contre une somme de monnaie ?

On se propose d’employer cette monnaie à l’achat d’une autre marchandise ; car la mon­naie ne peut servir à aucune autre fin qu’à acheter.

Qu'en concluez-vous ?

Que les ventes et les achats ne sont, dans la réalité, que des échanges de produits. On échange le produit que l’on vend et dont on n’a pas besoin, contre le produit qu’on achète et dont on veut faire usage. La monnaie n’est pas le but, mais seulement l’intermédiaire des échanges. Elle entre passagèrement en notre possession quand nous vendons ; elle en sort quand nous achetons, et va servir à d’autres personnes de la même manière qu’elle nous a servi.

Les échanges sont-ils productifs de richesses ?

Non, pas directement ; car rien ne produit de la richesse, que ce qui ajoute à la valeur des cho­ses en ajoutant à leur utilité. Or, des objets échangés ont passé dans des mains différentes, sans avoir, après l'échange terminé une valeur courante supérieure à celle qu'ils avaient auparavant. [ page

 ]

Pourquoi donc les échanges jouent-ils un si grand rôle dans l’économie sociale ?

Parce que chaque personne ne se consacrant qu’à un seul genre de production, et une multitude de produits lui étant nécessaires, chaque personne ne consomme jamais qu’une très-petite partie de ce qu’elle produit, et se trouve forcée de vendre tout le reste pour acheter la presque totalité des objets dont elle a besoin."

 

Jean-Baptiste Say, Catéchisme d'économie politique, 1815, Chapitre XI : Des échanges et des débouchés.


Retour au menu sur la société et les échanges


Date de création : 26/01/2010 @ 17:07
Dernière modification : 29/06/2013 @ 20:18
Catégorie :
Page lue 10878 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Recherche



Un peu de musique
Contact - Infos
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

^ Haut ^