* *

Texte à méditer :   Un peuple civilisé ne mange pas les cadavres. Il mange les hommes vivants.   Curzio Malaparte
* *
Figures philosophiques

Espace élèves

Fermer Cours

Fermer Méthodologie

Fermer Classes préparatoires

Espace enseignants

Fermer Sujets de dissertation et textes

Fermer Elaboration des cours

Fermer Exercices philosophiques

Fermer Auteurs et oeuvres

Fermer Méthodologie

Fermer Ressources en ligne

Fermer Agrégation interne

Hors des sentiers battus
L'histoire
N'oubliez pas de cliquer sur les liens des différentes problématiques, afin d'accéder à un choix de textes relatifs à cette problématique particulière.
 

Introduction
 

- L'histoire de l'humanité justifie t-elle une réflexion philosophique ?
- Est-ce le privilège de l'humanité que d'avoir une histoire ?
- Pensez-vous que l'homme est le seul être à avoir une histoire ?
- Une chose peut-elle avoir une histoire ?

- L'histoire de chacun dépend-elle de l'histoire de tous ?
- Ce qui est naturel échappe-t-il à l'histoire ?

I. La connaissance de l'histoire
 

1. L'objet de l'histoire
 

- L'histoire a-t-elle pour objet l'inactuel ?
 

2. L'intérêt de l'histoire
 

- Peut-on être indifférent à l'histoire ?
- Pourquoi s'intéresser à l'histoire ?
- Pourquoi écrire l'histoire ?

- Pourquoi l'homme s'intéresse-t-il à son passé ?
- En quoi la connaissance de l'histoire présente-t-elle de l'intérêt ?
- Pourquoi l'humanité s'intéresse-t-elle à son passé ?
- Pourquoi cherchons-nous à comprendre les événements passés ?
- Pour quelles raisons l'homme s'intéresse t-il au passé ?
- Quelle est l'importance de l'histoire pour la connaissance de l'homme ?
- L'intérêt de l'histoire, est-ce d'abord de lutter contre l'oubli ?
- L'histoire est-elle la mémoire de l'humanité ?
- L'historien fait-il oeuvre pour le futur ?
- Le goût pour l'histoire est-il une manière de fuir le présent ?
- Peut-on dire que l'humanité se cherche à travers son histoire ?

 

3. Histoire et mémoire ; le devoir de mémoire

 
- L'histoire est-elle notre mémoire collective ?
- L'histoire est-elle la mémoire de l'humanité ?
- Faut-il distinguer histoire et mémoire ?

- En quel sens peut-on dire que la mémoire est une difficile conquête de l'homme ?
- Un homme sans mémoire peut-il être libre ?
- Un peuple sans mémoire peut-il être libre ?
- L'oubli est-il une déficience de la mémoire ?
- L'oubli n'est-il qu'une défaillance de la mémoire ?
- L'oubli n'est-il qu'un défaut de mémoire ?
- Commémorer le passé, est-ce le connaître ?
 - Pourquoi y a-t-il un devoir de mémoire ?
- Faut-il oublier le passé pour se donner un avenir ?
 

4. Histoire et actualité

 

- Peut-on considérer le journal comme l'histoire du présent ?
- Le journaliste peut-il décider qu'un événement est historique ?
- L'histoire a-t-elle pour objet l'inactuel ?
- Y a-t-il une actualité du passé ?
- En quoi la mémoire nous libère-t-elle de l'emprise de l'actualité ?
 

5. Comprendre l'histoire : entre présent et passé

 
- Que pensez-vous de cette remarque d'un historien : « Toute histoire est histoire contemporaine » ?
- Peut-on être l'historien de son temps ?
- L'histoire peut-elle être contemporaine ?
- Peut-on écrire l'histoire du présent ?
- L'histoire a-t-elle pour objet l'inactuel ?
- Définissez-vous comme Lucien Febvre le travail de l'historien : "Il part du présent et c'est à travers lui toujours qu'il connaît, interprète le passé ?"
- Le travail de l'historien consiste-t-il à récrire le passé ?
- Est-ce pour conserver le passé qu'on s'intéresse à l'histoire ?

 

- Les contemporains d'un événement peuvent-ils en comprendre le sens ?
- Peut-on, au moment où il s'accomplit, avoir conscience de la dimension historique d'un événement ?
- Pour bien agir dans l'histoire, faut-il en comprendre le sens ?
 

6. L'objectivité (ou la subjectivité) en histoire
 

- L'objectivité de l'histoire suppose-t-elle l'impartialité de l'historien ?
- L'historien peut-il être objectif  ?
- La subjectivité de l'historien fait-elle obstacle ou aide-t-elle à la compréhension du passé ?
- Le souci d'objectivité interdit-il à l'historien de porter des jugements ?
- Le rôle de l'historien est-il de juger ?
- L'historien peut-il être impartial ?
- Ne doit-on attendre de l'historien qu'un récit des faits tels qu'ils se sont passés ?
- L'histoire peut-elle se passer du récit ?
- L'histoire n'est-elle qu'un récit ?
- En histoire, connaissons-nous le passé ou le rêvons-nous ?
- Les concepts de l'historien sont-ils eux-mêmes historiques ?
- Quelles sont les conditions d'une science de l'histoire ?
 

a. Histoire et vérité
 

- En quel sens peut-on parler de vérité en histoire ?
 

7. Le fait historique
 

- Qu'est-ce qu'un fait historique ?
- Comment juger de l'importance d'un fait historique ?
- À quoi reconnaît-on qu'un événement est historique ?

 

8. L'histoire comme science, histoire et explication
 

- L'histoire est-elle une science impossible ?
- Peut-on définir l'histoire comme la « science de ce qui n'arrive qu'une fois » ?
- Tout peut-il s'expliquer historiquement ?
- Le présent peut-il s'expliquer intégralement par l'histoire ?
- L'historien peut-il faire l'économie d'une philosophie de l'histoire ?

 
- Définissez-vous comme Lucien Febvre le travail de l'historien : "Il part du présent et c'est à travers lui toujours qu'il connaît, interprète le passé ?"
- Le travail de l'historien consiste-t-il à récrire le passé ?

 
- L'histoire enregistre-t-elle des faits ou recherche-t-elle des lois ?
- Y a t-il des lois de l'histoire ?
- Ce qui est imprévu était-il imprévisible ?
- Les événements historiques sont-ils, par nature, imprévisibles ?
- Le cours de l'histoire est-il prévisible ?

 

9. L'écriture... ou la réécriture de l'histoire
 

- Pourquoi écrit-on l'histoire ?
- L'histoire n'est-elle qu'un roman ?
- L'historien n'est-il que le romancier du passé ?

- Pourquoi n'a t-on jamais fini d'écrire l'histoire ?
- Peut-on écrire l'histoire du présent ?

- Le travail de l'historien consiste-t-il à récrire le passé ?


 
- L'histoire joue-t-elle pour nous le rôle d'une mythologie ?
- En quel sens peut-on dire de l'histoire qu'elle est un mythe ?
- Le progrès historique est-il un mythe ou une réalité ?

 
- L'historien n'est-il que le romancier du passé ?
- L'histoire n'est-elle qu'un roman ?
- Les historiens ne se bornent-ils pas à raconter des histoires ?

 
 

- Peut-on juger l'histoire ?
- Un jugement moral de l'histoire est-il possible ?
- Le souci d'objectivité interdit-il à l'historien de porter des jugements ?

- Le rôle de l'historien est-il de juger ?

II. Le sens de l'histoire

 

1. Du temps cyclique au temps historique


2. L'histoire a-t-elle un sens ?

 

a. La conception idéaliste de l'histoire

b. La conception matérialiste de l'histoire
 

- Faut-il croire que l'histoire a un sens ?
- Que veut-on dire quand on parle d'un sens de l'histoire ?
- Faut-il renoncer à l'idée que l'histoire a un sens ?
- Peut-on parler d'un sens de l'histoire comme on parle du sens d'un texte ?
- Pourquoi chercher un sens à l'histoire ?
- Notre existence a-t-elle un sens si l'histoire n'en a pas ?

3. L'ordre de l'histoire
 

- L'histoire n'est-elle que désordre ?
- L'histoire est-elle le règne du hasard ?
- L'historien doit-il faire une place à la notion de hasard ?
- L'histoire n'est-elle qu'une suite d'événements ?
- L'histoire ne serait-elle qu'une suite d'événements ?

- Est-on fondé à parler de « révolutions » dans l'histoire ?
- Y a t-il des lois de l'histoire ?
- L'histoire peut-elle tenir lieu de religion ?
- Peut-on comparer l'histoire de l'humanité à l'histoire d'un homme ?
- Quelles difficultés soulève l'idée d'une histoire commune de l'humanité ?

 

4. L'histoire se répète t-elle ?
 

- Peut-on dire que l'histoire se répète ?
- Est-il légitime de penser que l'histoire se répète ?
- Que signifie et vaut l'idée bien connue : « l'histoire est un éternel recommencement » ?
- Si l'histoire ne se répète pas, à quoi bon connaître le passé ?
- Y a-t-il du nouveau dans l'histoire ?

 

5. Histoire et progrès ; la question du mal en histoire
 

- Lorsque l'on dit : « L'histoire jugera », suppose-t-on que l'histoire acquitte ou condamne d'un point de vue moral ?
- L'histoire enseigne-t-elle la relativité des valeurs ?
- L'histoire peut-elle justifier le mal ?
- Y a-t-il dans l'histoire une part de tragique ?
- L'histoire est-elle tragique ?

 

a. L'idée de progrès
 

- Les hommes ont-il besoin de croire au progrès ?
- Les drames de l'histoire nient-ils l'idée de progrès ?
- Le déroulement de l'histoire manifeste-t-il un progrès de l'humanité ?
- Le progrès historique est-il un mythe ou une réalité ?

 

b. Les critiques du progrès
 

- L'histoire peut-elle avoir une fin ?
- Peut-il y avoir une fin de l'histoire ?
- Peut-on parler de "fin de l'histoire" ?

 

III. Les "leçons" de l'histoire
 

1. L'histoire comme juge des actions humaines
 

- Est-il juste de dire que l'histoire jugera ?
- L'histoire est-elle le tribunal du monde ?

- Lorsque l'on dit : « L'histoire jugera », suppose-t-on que l'histoire acquitte ou condamne d'un point de vue moral ?
 

2. Comprendre le passé pour comprendre le présent ; l'histoire comme guide
 

- La compréhension du présent exige-t-elle la connaissance du passé ?
- L'étude de l'histoire rend-elle notre présent compréhensible ?
- La connaissance du passé nous permet-elle de mieux comprendre le présent ?
- Le présent peut-il s'expliquer intégralement par l'histoire ?
- L'étude de l'histoire nous instruit-elle seulement du passé ?
- Pour bien agir dans l'histoire, faut-il en comprendre le sens ?

- Faut-il oublier le passé pour se donner un avenir ?
 

3. Y a-t-il des leçons de l'histoire ?
 

- Y a t-il des leçons de l'histoire ?
- Faut-il enterrer le passé ?
- Les transformations historiques de la société contraignent-elles l'homme à changer les principes selon lesquels il doit diriger son action ?
- L'histoire nous rend-elle plus modeste ?
- Peut-on échapper au passé ?
- L'étude de l'histoire nous conduit-elle à désespérer de l'homme ?
- L'histoire peut-elle nous donner des leçons de morale ?
- L'action politique doit-elle être guidée par la connaissance de l'histoire ?
-
La connaissance de l'histoire permet-elle de changer le cours de l'histoire ?

 

4. L'oubli du passé : le présentisme

 

- Peut-on oublier le passé ?- Faut-il oublier le passé pour se donner un avenir ?
- Peut-on vivre sans histoire ?

 

IV. La liberté dans l'histoire
 

- Mieux connaître l'histoire permet-il à l'homme de mieux exercer sa liberté ?
- La connaissance de l'histoire nous rend-elle plus libres ?
- En quoi le fait de connaître l'histoire nous sert-il à ne pas la subir ?
- L'évolution historique obéit-elle au déterminisme ?
- Dans quelle mesure sommes-nous déterminés par l'histoire de notre société ?
- L'homme est-il le produit de son histoire ?
- L'histoire des hommes résulte-t-elle de leur liberté ou d'une nécessité ?
- Peut-on changer le cours de l'histoire ?
- La connaissance de l'histoire permet-elle de changer le cours de l'histoire ?
- Peut-on modifier le cours de l'histoire ?
- Les hommes peuvent-ils échapper à l'histoire ?
- L'homme subit-il son devenir historique ou peut-il le maîtriser ?
- Puis-je invoquer le cours de l'histoire pour m'excuser de n'avoir pas agi ?
- Est-il possible de dire à la fois et sans se contredire que l'homme est un produit de l'histoire et qu'il fait l'histoire ?
- L'histoire est-elle ce qui arrive à l'homme, ou ce qui arrive par l'homme ?

- Peut-on dire que les hommes font l'histoire ?
- Les hommes font-ils librement leur histoire ?
- Pourquoi l'humanité maîtrise-t-elle si mal son histoire ?

 

1. Les causes des actions humaines/événements historiques
 

- L'histoire est-elle le produit des désirs humains ?
 

2. Les grands hommes
 

- A-t-on raison de dire que les grands hommes font l'histoire ?
- Peut-on dire de certains hommes qu'ils font l'histoire ?

 

3. L'autorité/le poids de la tradition


- La tradition est-elle une valeur ?
- Faut-il pour être moderne, s'être libéré de l'emprise de la tradition ?
- La tradition fait-elle obstacle à la liberté ?
- La tradition est-elle un obstacle à la nouveauté?
- La tradition est-elle toujours une forme d'asservissement à un passé révolu ?

 

Conclusion :
 

- La connaissance du passé peut-elle faire obstacle aux rapprochements des peuples ?
- Pourquoi n'a t-on jamais fini d'écrire l'histoire ?

 

 


Date de création : 04/11/2005 @ 10:44
Dernière modification : 29/06/2014 @ 11:18
Catégorie :
Page lue 2264 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Recherche



Un peu de musique
Contact - Infos
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

^ Haut ^