* *

Texte à méditer :  Avant notre venue, rien de manquait au monde ; après notre départ, rien ne lui manquera.   Omar Khayyâm
* *
Figures philosophiques

Espace élèves

Fermer Cours

Fermer Méthodologie

Fermer Classes préparatoires

Espace enseignants

Fermer Sujets de dissertation et textes

Fermer Elaboration des cours

Fermer Exercices philosophiques

Fermer Auteurs et oeuvres

Fermer Méthodologie

Fermer Ressources en ligne

Fermer Agrégation interne

Hors des sentiers battus
La mort de l'Etat

    "Enfin - on peut l'affirmer avec certitude - la méfiance à l'endroit de tout ce qui tient au gouvernement, la révélation de ce qu'ont d'inutile et d'exténuant ces luttes haletantes, ne pourront que pousser les hommes à une résolution radicalement neuve : supprimer la notion d'État, abolir l'opposition « privé et public ». Les sociétés privées absorberont progressivement les affaires de l'État : même le reste le plus coriace qui subsistera de ce vieux travail du gouvernement (cette fonction, par exemple, destinée à garantir les particuliers contre les particuliers), ce seront finalement des entrepreneurs privés qui s'en chargeront un jour. Le mépris, la décadence et la mort de l'État, l'affranchissement du particulier (je n'ai garde de dire : de l'individu), sont la conséquence de la conception démocratique de l'État ; là est sa mission. [...] la démocratie moderne sera la forme historique de la décadence de l'État."
 

Nietzsche, Humain, trop humain (1878), § 472, trad. R. Rovini, Folio essais, 2000, p. 281-282.

 

  "Le prolétariat s'empare du pouvoir d'État et transforme les moyens de production d'abord en propriété d'État. Mais par là, il se supprime lui-même en tant que prolétariat, il supprime toutes les différences de classes et oppositions de classes et également l'État en tant qu'État. La société antérieure, évoluant dans des oppositions de classes, avait besoin de l'État, c'est-à-dire, dans chaque cas, d'une organisation de la classe exploiteuse pour maintenir ses conditions de production extérieures, donc surtout pour maintenir par la force la classe exploitée dans les conditions d'oppression données par le mode de production existant (esclavage, servage, salariat). L'État était le représentant officiel de toute la société, sa synthèse en un corps visible, mais cela, il ne l'était que dans la mesure où il était l'État de la classe qui, pour son temps, représentait elle-même toute la société : dans l'antiquité, État des citoyens propriétaires d'esclaves ; au moyen âge, de la noblesse féodale ; à notre époque, de la bourgeoisie. Quand il finit par devenir effectivement le représentant de toute la société, il se rend lui-même superflu. Dès qu'il n'y a plus de classe sociale à tenir dans l'oppression ; dès que, avec la domination de classe et la lutte pour l'existence individuelle motivée par l'anarchie antérieure de la production, sont éliminés également les collisions et les excès qui en résultent, il n'y a plus rien à réprimer qui rende nécessaire un pouvoir de répression, un État. Le premier acte dans lequel l'État apparaît réellement comme représentant de toute la société, — la prise de possession des moyens de production au nom de la société, — est en même temps son dernier acte propre en tant qu'État. L'intervention d'un pouvoir d'État dans des rapports sociaux devient superflue dans un domaine après l'autre, et entre alors naturellement en sommeil. Le gouvernement des personnes fait place à l'administration des choses et à la direction des opérations de production. L'État n'est pas « aboli », il s'éteint. Voilà qui permet de juger la phrase creuse sur l'« État populaire libre », tant du point de vue de sa justification temporaire comme moyen d'agitation que du point de vue de son insuffisance définitive comme idée scientifique ; de juger également la revendication de ceux qu'on appelle les anarchistes, d'après laquelle l'État doit être aboli du jour au lendemain."

 

Friedrich Engels, Anti-Dühring, 1877, tr. fr. E. Bottigelli, Éditions Sociales, 3e éd. revue, 1977, p. 317.
 


Date de création : 05/05/2006 @ 16:50
Dernière modification : 15/04/2014 @ 19:09
Catégorie :
Page lue 3932 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Recherche



Un peu de musique
Contact - Infos
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

^ Haut ^